Totoro. Faire du beau avec du moche ( quand un carton tout claqué se refait une beauté ).

Ceux et celles qui me suivent ici mais surtout sur Instagram savent que nous essayons depuis quelques années de modifier en profondeur notre mode de vie. 

Nous essayons de limiter au maximum notre recours à des produits neufs et privilégions les produits de seconde main, nous favorisons la récupération, la valorisation des déchets tant que nous pouvons et nous privilégions toujours la réparation d'un objet cassé quand c'est possible plutôt que le remplacement par un objet neuf.

Si nous avons encore beaucoup de progrès à faire, ce que nous considérons comme une chance et un défi très stimulant, notamment en matière d'alimentation, nous avons quand même réussi à créer un cercle vertueux dans lequel la récupération et le recyclage tiennent une place privilégiée.

 Nous avons aussi à coeur d'apprendre à notre fille à être autonome, critique envers le consumérisme au sens sociologique du terme et à devenir un individu capable d'enchanter sa vie sans passer par la case centre commercial. 

Si ces règles de vie peuvent apparaître contraignantes, il n'en est rien. Il n'y a que de bonnes habitudes à prendre, ce qui représente une sacrée stimulation intellectuelle. Adopter ce mode de vie nous a poussé dans nos retranchements et nous a obligé à apprendre beaucoup de choses pour recouvrer l'autonomie dont la société ultra-technologisée nous dépouille de plus en plus.


Ce Totoro rassemble toutes nos préoccupations : la récupération, le recyclage, la transformation et la valorisation. Et puis il reflète l'amour que notre fille voue à ce personnage depuis qu'un de nos amis lui a rapporté un noren Totoro de son voyage au Japon il y a des années, la passion de l'illustration en général, celle pour les illustrations de Miyasaki en particulier, et l'envie d'enchanter notre quotidien et embellir notre maison de façon singulière et unique. Comme un rempart aux difficultés et aux tracas.






























Il y a d'abord la branche, récupérée dans un sac de déchets verts près de chez moi à laquelle j'ai rajouté des fleurs de cerisiers. Pour les réaliser, je me suis aidée du super tuto d'Adeline Klam la reine du papier. Merci à elle de bien vouloir partager avec nous son savoir faire. J'ai utilisé pour cela des feuilles de papier que nous avons récupérées aux encombrants par ramettes entières. Nous essayons de privilégier systématiquement l'utilisation de ce que nous avons à disposition à la maison. De cette façon, nous obligeons notre imagination et celle de notre fille à fonctionner à plein régime. Les ramettes de papier providentielles nous ont ouvert bien des perspectives ces derniers temps, vous pouvez en voir d'autres exemples ici et .

Le totoro lui est confectionné à partir d'un carton que ma fille avait il y a un bon moment transformé en voiture et sur lequel elle avait gribouillé des roues. Le carton étant entièrement caché, il n'y a aucun bénéfice à ce qu'il soit dans un état irréprochable. C'est tout l'intérêt de cette technique. Récup' on a dit !

Une fois les contour tracés et le carton découpé, j'ai redessiné plus finement avec plus de détails Totoro sur du carton d'emballage plus fin. Ces emballages me rendent dingues et les recycler de cette manière est ma vengeance. Comme vous avez pu le remarquer sur les photos, Totoro est en volume, j'ai donc découpé toutes les parties de son corps destinées à être superposées pour obtenir ce volume. 

Après avoir collé les parties découpées dans les emballages fins sur le carton épais, j'ai peint toutes les parties à la gouache. Le côté non glacé des emballages en carton fin se peint très facilement à la gouache. Avantage de la gouache, c'est économique et sèche très vite.

Une fois la peinture sèche, j'ai assemblé les différentes parties en ménageant là où c'était nécessaire un espace pour créer le volume et permettre à Totoro de donner réellement l'impression d'être assis sur une branche. 

J'ai adoré réaliser ce Totoro. J'y ai pris un plaisir dingue, tellement que j'ai déjà commencé à travailler sur d'autres réalisations avec cette même technique mais avec des illustrations personnelles. Les possibilités sont infinies, autant qu'une page blanche. 

Je garde un souvenir vivace de l'émotion que j'avais en ouvrant des livres animés quand j'étais enfant. J'ai retrouvé cette émotion en fabriquant Totoro. J'ai eu l'impression de fabriquer un pop-up de mur :-)

Je voudrais remercier particulièrement tous ceux et celles qui ont réservé un accueil très chaleureux à ce Totoro hier sur Instagram. Vous m'avez fait un bien fou ! Je prends le temps de répondre à vos questions cette après-midi. 

Pour ceux et celles qui sont intéressés par une réalisation personnalisée, vous pouvez me contacter via la fiche de contact du blog ou en me rejoignant sur mon compte Instagram


Merci

Commentaires

Articles les plus consultés